Un évêque pakistanais appelle à davantage de sécurité après le meurtre de deux jeunes filles par un policier dans une école catholique

L’attaque, qui a blessé cinq autres enfants et un adulte, a eu lieu le 16 mai dans une école catholique de Sangota, dans le diocèse d’Islamabad-Rawalpindi, dans le nord-est du Pakistan.

Un policier qui assurait la sécurité d’une école catholique pour filles dans le nord-est du Pakistan a ouvert le feu sur un groupe d’enseignants et d’élèves, tuant deux jeunes filles, dont l’une n’avait que neuf ans. Cinq autres filles et une femme ont été blessées lors de cette fusillade, qui s’est produite le 16 mai à Sangota, dans la vallée de Swat, dans une école dirigée par les Sœurs de la Présentation de la Bienheureuse Vierge Marie, dans le diocèse d’Islamabad-Rawalpindi.

Le policier avait été engagé en février pour assurer la sécurité de l’école. Il a été arrêté, une enquête est en cours.

Mgr Joseph Arshad, archevêque d'Islamabad-Rawalpindi
Mgr Joseph Arshad, archevêque d’Islamabad-Rawalpindi

A la suite de ce drame, l’archevêque d’Islamabad-Rawalpindi, Mgr Joseph Arshad, a déclaré : “Nous nous sentons menacés et en danger, témoins de la montée du terrorisme dans le pays”, ajoutant : “C’est regrettable. Nous demandons que le gardien soit puni afin d’éviter que de tels drames ne se reproduisent à l’avenir”.

Archevêque Sebastian Shaw
Archevêque Sebastian Shaw

Mgr Sebastian Shaw, archevêque de Lahore, actuellement au Portugal, a dénoncé dans des déclarations à la fondation internationale Aid to the Church in Need (ACN) “l’agressivité des groupes opposés à l’éducation des filles” et a affirmé que les autorités doivent faire plus pour maintenir la sécurité dans les écoles. “Nous, catholiques, et chrétiens en général, dirigeons des écoles réservées aux filles. Mais certaines personnes s’opposent à l’éducation des femmes, au Pakistan ou ailleurs. Cet homme était chargé de la sécurité des enfants, du personnel, des parents, de tout le monde. C’est pour cela qu’il était payé. Mais dans un moment de folie, il a fait cela parce que l’école est ouverte aux filles. Cela montre à quel point les groupes qui s’opposent à l’éducation des femmes peuvent être extrêmes ».

“Le droit à l’éducation pour tous”

L’archevêque de Lahore a toutefois ajouté que cet attentat n’entamerait pas l’engagement de l’Église à fournir une éducation à tous, en particulier aux plus vulnérables, comme elle l’a toujours fait jusqu’à présent. “Nous continuerons à enseigner, partout où se trouve un homme ou une femme, un garçon ou une fille. Nous sommes tous des êtres humains et tous les êtres humains ont droit à l’éducation. Chacun a le droit de devenir une meilleure personne, de développer sa personnalité, de grandir”, a-t-il déclaré. Mgr Shaw admet que la situation a toutefois créé un climat d’insécurité, “c’est pourquoi le gouvernement doit faire davantage pour protéger les institutions et les personnes qui se consacrent à l’éducation et à la santé”.

« Menacés et en danger »

L’école, dirigée par les Sœurs de la Présentation de la Bienheureuse Vierge Marie depuis 1962, avait été envahie par des fondamentalistes islamiques en 2009. Heureusement, les sœurs avaient réussi à évacuer le bâtiment à temps, évitant ainsi toute atteinte aux personnes, mais l’école n’avait pu rouvrir ses portes qu’en 2012. Avant cela, un groupe islamique radical – Jan Nisaran-e-Islam – avait menacé l’école, accusant à tort les religieuses de vouloir convertir au christianisme les quelques 800 élèves musulmans.

L’Église du Pakistan a demandé à toutes les écoles catholiques du pays d’organiser une journée de prière en solidarité avec les victimes de l’attentat.

La religion reste un motif de discrimination au Pakistan. Selon le rapport 2021 d’Aid to the Church in Need sur la liberté religieuse, “la discrimination, le blasphème, les enlèvements de femmes et de jeunes filles et les conversions forcées continuent de hanter la vie quotidienne des minorités religieuses” dans le pays.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

« Des véhicules pour Dieu » : telle était la devise d’une campagne de collecte de fonds lancée il y a 75 ans...
Entre janvier et fin décembre 2023, dans le diocèse catholique de Makurdi, situé dans la ceinture centrale du Nigeria, on...
La fondation ACN se joint au Pape pour réclamer la libération immédiate et inconditionnelle des religieuses de la Congrégation de...