Nigeria : “La religion devrait être un facteur d’unité et non de division”

Un archevêque catholique, qui a besoin d’une escorte et de chiens de garde, parle des difficultés de la mission dans son diocèse

Mgr Ndagoso, archevêque de Kaduna, dans le centre-nord du Nigeria, dirige l’un des diocèses les plus dangereux au monde. Le sourire et la gentillesse qui émanent de Mgr Ndagoso quand il parle avec la fondation Aid to the Church in Need (ACN), pourraient faire oublier qu’il vient de l’un des diocèses les plus violents du Nigeria. Et le Nigeria, dans son ensemble, n’a rien d’un pays paisible. Situé en plein Sahel, les groupes terroristes islamistes et les bergers peuls musulmans y font de nombreuses victimes.

Mgr Matthew Ndagoso, archevêque de Kaduna, à la paroisse Saint-Augustin
Mgr Matthew Ndagoso, archevêque de Kaduna, à la paroisse Saint-Augustin

Dans ce contexte, l’évangélisation est devenue une mission à haut risque. Huit prêtres du diocèse ont été enlevés durant ces trois dernières années. Quatre ont été libérés, l’un est toujours porté disparu et trois sont morts aux mains de leur ravisseurs. L’un d’entre eux a fait preuve d’un courage extrême, rapporte l’archevêque : « Alors qu’on le braquait avec un AK47, il enjoignait ses agresseurs de se repentir de leurs mauvaises actions. Ils l’ont tué ».

Prêtres sous escorte

Mgr Ndagoso continue malgré tout sa mission, sous bonne garde : « J’ai cinq chiens pour pouvoir dormir en paix », dit-il. Ses déplacements se font sous escorte, dans des lieux bien sécurisés, tant il est à craindre qu’un évêque ne représente une proie de choix pour des bandits. « Souvent, nous croisons sur la route un véhicule qui a été attaqué. C’est comme un rappel de ce qui peut nous arriver à tout moment », rapporte-t-il à ACN.

L’insécurité s’est immiscée dans la vie quotidienne des Nigérians, au point qu’il faut à présent peser chaque déplacement des prêtres, savoir si le risque encouru en vaut la chandelle. C’est devenu le premier sujet de préoccupation : « La foi ne tombe pas du ciel. Elle a besoin de ministres, mais nous savons que nous courrons des risques quand nous envoyons ces ministres. Au fond, nous revenons aux premiers temps de l’Église… » témoigne Mgr Ndagoso.

La religion devrait être un facteur d’unité

La question de la religion est cruciale au Nigeria, peuplé à parts égales de chrétiens et de musulmans. Ceux qui veulent semer le trouble dans le pays, en particulier les groupes Boko Haram et ISWAP, n’ont de cesse de monter les groupes religieux les uns contre les autres, déplore l’archevêque qui ajoute : « La religion devrait être un facteur d’unité et non de division ».

La vie de Mgr Ndagoso illustre la capacité de la société nigériane à faire cohabiter des groupes religieux différents. Fils d’un dignitaire d’une religion traditionnelle, il a été scolarisé dans une école catholique à l’initiative d’un cousin et a décidé de se faire baptiser à l’âge de dix ans. « Nous autres de l’Afrique sub-saharienne, nous avons la religion dans le sang. Nous avons une culture religieuse ! C’est ce qui m’a été transmis par mon père et je l’en remercie. Jamais il ne m’a reproché mon choix, il était heureux de ma conversion…même s’il aurait quand même préféré que je marie ! », ajoute-t-il en plaisantant.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

« Des véhicules pour Dieu » : telle était la devise d’une campagne de collecte de fonds lancée il y a 75 ans...
Entre janvier et fin décembre 2023, dans le diocèse catholique de Makurdi, situé dans la ceinture centrale du Nigeria, on...
La fondation ACN se joint au Pape pour réclamer la libération immédiate et inconditionnelle des religieuses de la Congrégation de...