Mgr Chevtchouk : « Le peuple ukrainien est profondément épuisé »

Le chef de l’Église catholique ukrainienne a rencontré la fondation Aid to the Church in Need pour discuter des défis auxquels le pays est confronté.

En la fête de Saint-Nicolas, l’archevêque majeur Sviatoslav Chevtchouk, chef de la plus grande Église catholique d’Ukraine, a rencontré des représentants de la fondation internationale Aid to the Church in Need (ACN) à son siège de Lviv. Au cours de la réunion, les principaux défis auxquels l’Ukraine est confrontée ainsi que les moyens de soutenir le pays en cette période critique ont été abordés.

Rencontre avec l'archevêque Shevchuk Info voyage Ukraine 2023
Rencontre avec l’archevêque Shevchuk Info voyage Ukraine 2023

Dans un pays déchiré par la guerre, il est essentiel de transmettre des paroles d’espoir, a déclaré Mgr Chevtchouk. Comme l’a constaté la délégation de ACN qui s’est rendue à Lviv et à Kiev pendant une semaine, bien que la guerre ne soit pas toujours visible partout, ses effets sont présents dans l’esprit et le cœur de tous les Ukrainiens.

Une visite à effet thérapeutique

« Le sentiment du peuple ukrainien est celui d’une profonde lassitude. Les gens sont fatigués, parce qu’il n’y a aucune chance que cela se termine », a déclaré l’archevêque majeur Mgr Chevtchouk. « La population est terriblement traumatisée par la guerre, et la question clé est de savoir comment nous allons lutter contre ce traumatisme. L’avenir du pays est lié à la question de savoir comment gérer les traumatismes. 80% des gens sont blessés, beaucoup physiquement, mais il y a surtout des blessures dans l’âme. D’un autre côté, il y a le traumatisme psychologique et je peux vous en parler de première main. Quand je sors, il m’est terriblement difficile de m’habituer aux bruits. En tant qu’Église, nous devons d’abord et avant tout prendre soin des prêtres. Plus de 50 % d’entre eux nous ont dit qu’ils étaient épuisés », a-t-il ajouté. « Dans ce contexte, la visite de la fondation et le fait qu’elle se soit engagée auprès de l’Ukraine ont pour nous un effet thérapeutique. Au-delà de l’aide humanitaire, la relation humaine est vitale. Je peux vous communiquer ma douleur, mais aussi mes rêves ».

Soupe populaire aux Albertines et distribution de nourriture lors du voyage en Ukraine 2023.
Soupe populaire aux Albertines et distribution de nourriture lors du voyage en Ukraine 2023.

« La guerre que nous vivons actuellement en Ukraine n’est plus une guerre ou une attaque directe, c’est une guerre d’épuisement. Comment puis-je éviter d’être épuisé par la fatigue ? Seul l’amour authentique ne se lasse pas de lutter, ce sont les valeurs authentiques qui peuvent nous aider à surmonter le découragement », a-t-il souligné.

La peur de l’oubli

L’archevêque majeur Mgr Sviatoslav Chevtchouk a souligné la situation désastreuse à laquelle l’Ukraine est confrontée au cours de ce deuxième hiver de guerre, en particulier en termes d’infrastructures électriques. L’année dernière, 60% des infrastructures électriques du pays ont été détruites par la guerre. On estime que cette année, jusqu’à 75% des Ukrainiens devront compter sur des générateurs pour l’électricité et le chauffage. Le 2 décembre, Kiev a subi l’un des bombardements les plus graves de cette guerre, nous rappelant l’urgence de la situation. Selon le responsable gréco-catholique, on craint que la guerre en Ukraine ne soit oubliée dans le monde, ce qui pourrait entraîner une diminution de l’aide humanitaire et laisser le peuple ukrainien seul dans sa situation d’extrême nécessité.

Réconciliation et pardon

La guerre en Ukraine a créé des divisions et du ressentiment dans la société. La douleur est devenue une réalité quotidienne pour de nombreux Ukrainiens. « Aujourd’hui, il y a une ligne de démarcation en fonction de l’expérience que l’on a eue de la guerre », a expliqué Mgr Chevtchouk. Les familles ont également souffert de ces divisions. Il y a, dit-il, une division entre ceux qui sont partis et ceux qui sont restés, entre les maris au front et les femmes évacuées, entre ceux qui vivent la guerre dans l’ouest de l’Ukraine et ceux qui la vivent dans l’est. L’archevêque majeur a souligné l’importance de travailler ensemble pour surmonter ces différences et construire une nouvelle communauté basée sur le respect et la tolérance. « Le sentiment d’abandon et le ressentiment à l’égard des autres sont aussi des armes de guerre sociologiques. Les gens cherchent un bouc émissaire, quelqu’un à blâmer pour tout », a-t-il déclaré.

Face à l’adversité, l’archevêque majeur Mgr Chevtchouk a appelé à la réconciliation et au pardon dans le cadre du processus de guérison des traumatismes. Il a reconnu que le pardon pouvait être très difficile, mais a souligné l’importance de ne pas laisser la haine s’emparer du cœur des gens. La première étape avant la réconciliation est la résilience : « Si la peur et la haine s’emparaient de nos décisions, nous en serions esclaves. Bien que la haine soit normale à cause de l’agression que nous subissons, y succomber signifie qu’elle a une victoire sur mon cœur », a-t-il déclaré.

Philipp Ozores (Secrétaire général d'ACN International) (à gauche), l'archevêque Sviatoslav Shevchuk (à droite).
Philipp Ozores (Secrétaire général d’ACN International) (à gauche), l’archevêque Sviatoslav Shevchuk (à droite).

Le secrétaire général de ACN, Philipp Ozores qui était présent à la réunion, a remercié le chef de l’Église gréco-catholique ukrainienne de lui avoir donné l’occasion de se rencontrer à un moment historique pour l’Ukraine, assurant que la fondation continuerait à apporter son soutien à l’Ukraine au cours de la nouvelle année, tant financièrement que par la prière.

ACN a intensifié son aide à l’Église catholique romaine et à l’Église gréco-catholique en Ukraine, à la suite de l’invasion russe à grande échelle en 2022, et a contribué à hauteur de plus de 15 millions d’euros à plus de 600 projets depuis février 2022. Cette aide a permis de soutenir des prêtres, des religieux et des séminaristes, ainsi que de financer des projets gérés par l’Église pour accueillir des personnes déplacées. Les projets de chauffage ont fait l’objet d’une attention particulière, tout comme la rénovation des bâtiments endommagés et l’achat de véhicules pour aider l’Église à mener à bien ses activités pastorales et humanitaires. Dans le domaine de la pastorale, ACN finance toutes sortes d’initiatives en faveur de la jeunesse, y compris des camps pour les enfants. Un aspect important de l’aide de ACN a également consisté à subventionner des cours de formation à la guérison des traumatismes.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

« Des véhicules pour Dieu » : telle était la devise d’une campagne de collecte de fonds lancée il y a 75 ans...
Entre janvier et fin décembre 2023, dans le diocèse catholique de Makurdi, situé dans la ceinture centrale du Nigeria, on...
La fondation ACN se joint au Pape pour réclamer la libération immédiate et inconditionnelle des religieuses de la Congrégation de...