« Le plus grand défi de l’Église est d’être là et d’accompagner », affirme un évêque péruvien

Lors d’un entretien avec la fondation Aid to the Church in Need (ACN), Mgr Marco Antonio Cortez, évêque du diocèse de Tacna et Moquegua au Pérou, a évoqué les projets liés aux communautés religieuses et l’urgence d’atteindre tout le monde, dans un pays où le manque de vocations et d’évangélisateurs est un problème urgent, surtout dans les zones les plus reculées.

Le Pérou est, aujourd’hui encore, une terre de mission. Le diocèse de Tacna et Moquegua couvre une vaste zone qui inclut une grande partie de la région de l’Altiplano, où, entre les Andes et le lac Titicaca, vivent de nombreuses personnes. Selon l’évêque de ce diocèse, Mgr Marco Antonio Cortez, « le principal défi est de soutenir les communautés de religieuses et de religieux, afin qu’elles puissent travailler à l’évangélisation et prendre mieux soin des fidèles ». Les autres défis, selon l’évêque, sont la situation économique du pays et la difficulté d’accès aux zones de mission les plus reculées.

L'Église catholique au Pérou
Monseigneur Marco Antonio Cortez

Dans ce diocèse, 30 religieuses et religieux consacrent leur temps à la mission, à la prière et à la prise en charge des fidèles qui vivent dans des lieux reculés. La géographie complexe du diocèse facilite l’isolement que les religieux tentent de surmonter. Les religieuses parcourent souvent de longues distances le long des sentiers escarpés de l’Altiplano pour pouvoir atteindre les fidèles. « Le plus grand défi, c’est d’être là et d’accompagner. Ceux qui résident dans de telles localités ont rarement l’occasion de recevoir la visite d’un prêtre, lequel ne peut souvent venir qu’une fois par an » explique Mgr Cortez. « Il y a des endroits qui ne sont accessibles que par bateau, et les religieuses font le déplacement pour soutenir les fidèles afin qu’ils puissent au moins participer à l’adoration eucharistique ».

« Les religieuses font toutes un travail remarquable : elles travaillent avec les jeunes, elles font du travail caritatif, par exemple en distribuant de la nourriture et en s’occupant des personnes âgées, nombreuses et souvent isolées dans cette région » raconte l’évêque. En effet, « les jeunes vont dans les villes pour chercher du travail et avoir de nouvelles perspectives, et les personnes âgées restent dans ces zones isolées où il est très compliqué d’aller leur rendre visite et où vivent de moins en moins de gens », explique-t-il.

L'Église catholique au Pérou
Construction du monastère des Carmélites discrètes

C’est pour cette raison que la fondation pontificale Aid to the Church in Need (ACN) a lancé un projet de soutien à dix communautés religieuses des hauts plateaux andins du diocèse : « Cette aide est une réponse au souci qu’a l’Église locale de soutenir ces missionnaires qui se trouvent dans des endroits très reculés et difficiles d’accès, à plus de 3.000 mètres d’altitude ». Ce projet couvre les besoins des religieuses, en termes de mobilité et d’entretien, afin qu’elles puissent évangéliser et travailler auprès de ces populations.

L’immigration au Pérou

Alors que les zones de l’Altiplano sont en train de se dépeupler, il y a d’autres zones du diocèse de Tacna et Moquegua, à la frontière avec la Bolivie et le Chili, qui sont des zones d’accueil pour les immigrants en provenance de ces pays ainsi que du Venezuela. « L’immigration a considérablement augmenté au Pérou ces dernières années. De nombreux migrants s’installent d’abord à Tacna avant de décider de rester sur place ou de continuer vers des villes comme Lima ou Arequipa » explique l’évêque. On estime que, d’ici à la fin de 2023, environ 1,6 million de Vénézuéliens vivront au Pérou, selon la Plateforme de coordination interagences pour les réfugiés et les migrants, sans compter ceux venant d’autres pays. Même si, selon Mgr Cortez, il pourrait y en avoir encore davantage, car « tous les migrants ne se font pas enregistrer, et la plupart sont en situation de vulnérabilité ».

L'Église catholique au Pérou
720 messes ordinaires et 18 grégoriennes pour 18 prêtres de l’Instituto del Verbo Encarnado

« L’accompagnement pastoral des migrants est très important » ajoute l’évêque. « Les Vénézuéliens qui viennent ici à la recherche d’un emploi et d’une vie meilleure ont des histoires incroyables. Beaucoup sont venus à pied, en traversant des montagnes. De nombreuses familles avec des enfants en bas âge arrivent, et c’est pourquoi la pastorale des familles est également importante. Sans une bonne pastorale des familles, le diocèse est bancal ».

Lors de sa visite au siège international de ACN, Mgr Cortez déclare qu’il n’y a pas que des difficultés, et qu’à côté des défis, il y a aussi des fruits. « Il y a beaucoup de familles qui sont déjà intégrées et qui ont du travail, et il y a beaucoup de catéchistes parmi les Vénézuéliens. Ils se sont lancés dans l’évangélisation. Le Pape François a dit qu’il était important qu’il y ait “des jeunes pour évangéliser les jeunes”. Il est très beau de constater qu’il y ait des Vénézuéliens qui évangélisent d’autres Vénézuéliens ». Il affirme avec enthousiasme qu’il prie même pour « la première vocation vénézuélienne » dans son séminaire.

Avec autant de projets dans son diocèse, l’évêque estime qu’il est essentiel de soutenir leur réalisation : « L’aide de ACN est essentielle, profondément holistique. Nous sentons que les bienfaiteurs sont proches. Leur soutien va au-delà de l’aspect financier. C’est une autre façon d’être proche de nous. Les gens reconnaissent ce geste, et c’est très beau », conclut Mgr Cortez en souriant.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

« Des véhicules pour Dieu » : telle était la devise d’une campagne de collecte de fonds lancée il y a 75 ans...
Entre janvier et fin décembre 2023, dans le diocèse catholique de Makurdi, situé dans la ceinture centrale du Nigeria, on...
La fondation ACN se joint au Pape pour réclamer la libération immédiate et inconditionnelle des religieuses de la Congrégation de...