Une aventure de foi dans la jungle

En Amazonie brésilienne, un frère capucin raconte sa façon de porter l’Évangile dans des régions reculées.

Le frère Paolo Maria Braghini retournait à sa mission un après-midi, après être allé s’approvisionner en ville, lorsqu’un nuage a commencé à obscurcir le magnifique ciel bleu au-dessus de la forêt amazonienne. Un fort orage a rapidement suivi. La visibilité étant limitée, un grand navire qui passait par là n’a même pas vu la petite embarcation du frère Braghini, qui a été renversée par le sillage.

brasil foi
Le frère Paolo Braghini dans son travail pastoral avec les Indiens Ticuna

Le frère et l’Indien Ticuna qui l’accompagnait ont été entraînés au fond de la rivière. Dans l’obscurité et sous la pluie, ils ont réussi péniblement à nager jusqu’à la berge. Une fois sur la terre ferme, ils n’ont pas pu se reposer, car les moustiques, les fourmis et autres insectes ne le leur permettaient pas. Ils ont marché dans le noir pendant plus d’une heure avant de rencontrer une communauté autochtone qui les a accueillis. « Ce fut une bénédiction de Dieu que de survivre. Il y a parfois des gens qui coulent et meurent parce que les courants sont très forts », rappelle le Capucin.

brasil foi
Le frère Paolo Braghini dans son travail pastoral avec les Indiens Ticuna

Cependant, ce ne fut pas la plus grande aventure du frère Braghini, mais un jour comme les autres dans le cadre de sa mission. En 2005, ce capucin italien est arrivé en Amazonie, à la paroisse Saint-François d’Assise située dans le village de Belém do Solimões, à la frontière entre le Brésil, la Colombie et le Pérou. Ce missionnaire, qui a la charge de 72 communautés autochtones éparpillées sur les rives de petites rivières, a échappé aux alligators, a été couvert de fourmis rouges et a dû porter une femme qui avait été mordue par un jararaca [serpent venimeux], sans parler des innombrables fois où son bateau est tombé en panne et a dérivé avec le courant de la rivière. « Les accidents et les imprévus font partie de nos vies. Une fois, j’ai eu une bonne frayeur avec un énorme alligator : quand nous sommes passés à côté, nous pensions que c’était un arbre abattu par une tempête, mais quand nous nous sommes approchés, il a ouvert les yeux juste à côté de nous. J’ai eu la peur de ma vie », se souvient le frère.

Le premier prêtre à célébrer un baptême

Le frère Braghini explique qu’: « en arrivant à Belém do Solimões, nous avons trouvé une paroisse abandonnée depuis quinze ans. Il n’y avait pas de curé ou de présence religieuse, et la foi n’était maintenue vivante que par quelques laïcs. Dans certaines communautés, j’ai été le premier prêtre à célébrer un baptême. En outre, il y avait beaucoup de violence,

d’alcoolisme et de suicides chez les jeunes, et nous avons remarqué à quel point ils appelaient à l’aide. Nous avons commencé de petites activités telles que des cours de musique en leur apprenant à jouer de la guitare, de menuiserie et de couture et, peu à peu, de nouvelles activités pastorales ont émergé, et l’évangélisation a pris de la force »

brasil foi
Le frère Paolo Braghini dans son travail pastoral avec les Indiens Ticuna

Une grande aide pour annoncer l’Evangile

La mission du frère Braghini serait encore plus difficile sans l’aide de ACN qui, depuis les années 1970, soutient l’Église en Amazonie. C’est ainsi que récemment, en plus de traduire la Bible des enfants dans la langue des Ticunas, la mission capucine a pu acquérir quatre canots motorisés grâce à la fondation pontificale. « Grâce à l’aide de ACN, nous pouvons désormais visiter davantage de communautés en travaillant avec des missionnaires autochtones. Il faut une journée de bateau pour atteindre chaque communauté. Nous avons fourni un canoë en bois et un moteur à chaque groupe de missionnaires, chacun responsable d’une ou deux communautés, et grâce à cela, elles reçoivent au moins une visite par mois », explique le missionnaire.

brasil foi
Le frère Paolo Braghini lors d’une rencontre catéchétique avec des enfants indigènes Ticuna

Le plus grand groupe ethnique de l’Amazonie brésilienne

Parmi les différentes tribus indigènes dont s’occupent les Capucins, les Ticunas constituent le groupe ethnique le plus important de la région – ils sont environ 40.000 en Amazonie brésilienne – et les semences de l’Évangile qui germent dans l’immensité amazonienne portent déjà leurs fruits : dans les communautés de Belém dos Solimões, la messe est célébrée dans la langue des Ticunas tous les dimanches, ainsi que des catéchèses. C’est également là que vit le premier diacre Ticuna, et d’autres autochtones sont actuellement au séminaire. « Je pense que notre grande force a toujours été de croire en eux, de savoir que ce sont eux qui peuvent et doivent vraiment être les guides, les pasteurs de leur peuple, avec leur langue et leur belle culture. Ils sentent et perçoivent que nous croyons en eux, que nous les aimons et les apprécions », explique le frère Braghini.

La gratitude du frère Braghini envers les bienfaiteurs de ACN qui ont rendu possible la traduction de la Bible des enfants en Ticuna, les bateaux à moteur, le carburant pour les voyages et même les paniers alimentaires pendant la période la plus critique de la pandémie de coronavirus est immense : « Merci beaucoup ! Merci au nom de tous les autochtones qui ont bénéficié de votre aide, de tant de villages que nous avons visités avec nos missionnaires, des enfants – il y en a tellement ici, des milliers ! – de tant de femmes, de parents et de jeunes. Merci du fond du cœur, de la part de tous les

autochtones et de notre part aussi. Nous essayons ici d’entendre la voix de Dieu qui crie pour le peuple. Nous vous demandons aussi vos prières, car être missionnaire en de tels lieux n’est pas facile. Les défis sont nombreux, importants et quotidiens. Priez pour nous tous, pour les missionnaires de l’Amazonie et du monde entier » demande le frère capucin.

Our Task Areas
Our Regional Activities
Press contact

Latest News

« Des véhicules pour Dieu » : telle était la devise d’une campagne de collecte de fonds lancée il y a 75 ans...
Entre janvier et fin décembre 2023, dans le diocèse catholique de Makurdi, situé dans la ceinture centrale du Nigeria, on...
La fondation ACN se joint au Pape pour réclamer la libération immédiate et inconditionnelle des religieuses de la Congrégation de...